Stephan Matthews a travaillé avec de nombreuses sociétés de parfumerie en tant que consultant et rédacteur publicitaire. Il a également écrit des articles pour The Perfume Society et Sacrebleu !, ainsi que des critiques pour stephanmatthews.com.

Quelle question vous pose-t-on le plus souvent?

«Mon parfum a été discontinué. Comment puis-je le trouver?  » Je reçois au moins dix courriels par semaine posant cette question et ma réponse a changé au fil des ans. J’avais l’habitude de donner des conseils sur les sites d’enchères à consulter ou des remplacements potentiels, mais maintenant ma réponse est un peu plus directe. PASSEZ! Nous créons tous des attachements au parfum, mais il est inévitable que les parfums soient un jour discontinués ou reformulés. Donc, si votre favori disparaît, il y en a des milliers d’autres à découvrir !

Quel est votre premier souvenir olfactif?

Mes premiers souvenirs de parfum impliquent tous des produits d’entretien ménager ou des médicaments. J’étais un enfant des années 70 et donc les odeurs de Dettol et de Jeyes Fluid faisaient partie de ma vie quotidienne parce que ma mère était toujours incroyablement fière de la propreté de notre maison. Par contre un certain parfum était plus présent que les autres: l’odeur des pansements Jelonet fabriqués par T J Smith & Nephew. Lorsque je me coupais la jambe ou frôlais mon bras, on m’appliquait cette concoction de paraffine jaune qui était logée dans une mince boîte métallique.

Quel a été le premier parfum que vous avez acheté?

J’étais un garçon Lynx pendant la majeure partie de mon adolescence, et je suis toujours un fan fidèle, mais le premier parfum que j’ai acheté était la Belle de Nuit de Fragonard. C’était ma première visite à Grasse et ce fut le moment où j’ai senti pour la première fois mon intérêt pour l’industrie du parfum. Le parfum est une si belle création florale et j’ai adoré le porter. Le même jour, j’ai acheté l’Habanita de Molinard et la Yavana de Galimard, mais il se trouve que Fragonard a été la première parfumerie que j’ai visitée.

Comment nous avez-vous découvert?

J’étais à Paris pour le travail et Le Jardin Retrouvé venait tout juste d’être relancé. Le temps était très serré pour moi mais Michel et Théo ont réussi à me consacrer quelques instants en fin de journée. Je suis immédiatement tombé amoureux de l’histoire et des parfums de la marque, et j’ai fini par les aider dans leur première année avec quelques campagnes ainsi que leur lancement au Royaume-Uni en collaboration avec The Perfume Society. C’était génial d’être là au début et c’était merveilleux de voir l’entreprise grandir.

Le Jardin Retrouve

Que signifie le parfum pour vous?

En plus d’être l’industrie dans laquelle je travaille et qui me permet de payer mes factures, le parfum est le plus meilleur moyen de rendre une personne heureuse. Il y a beaucoup de snobisme autour de différentes entreprises et parfums, mais je dis toujours aux gens de porter ce qui les rend joyeux. Portez-le parce que vous l’aimez.

De quoi pensez-vous que l’industrie des parfums aura-t-elle besoin à l’avenir?

Nous devons arrêter toutes les absurdités autour des synthétiques et des naturels en ce qui concerne la sécurité. Tous les ingrédients des parfums doivent passer des réglementations strictes dans l’UE et il n’y a pas de favoritisme. Les synthétiques et les naturels fonctionnent à merveille ensemble, mais ils fonctionnent également aussi bien seuls, et c’est l’habileté du parfumeur qui crée une excellente composition.

Toutes les photos ont étés prises et fournies par Stephan Matthews, sauf indication contraire