Category

Le saviez vous ?

Category

Certains amateurs de parfums considèrent toujours les synthétiques avec suspicion, mais saviez-vous que les synthétiques sont utilisés depuis la naissance de la parfumerie moderne ?

Beaucoup de vos fleurs préférées ont un parfum qui ne peut pas être extrait et doit donc être créé par synthèse. Par exemple, pensez à la beauté extravagante du chèvrefeuille, des violettes, du muguet, de la fleur de cerisier, de la rose sauvage et de la glycine. Les imaginer remplit votre esprit de couleurs vives ! Cependant, il est presque impossible pour un parfumeur d’extraire ces arômes naturels ; ils doivent donc être reproduit dans un laboratoire. Ça n’a pas l’air très poétique, n’est-ce pas ? Mais les résultats sublimes parlent d’eux-mêmes.

Comment cela est-il produit ?

Les isolats viennent de la nature, mais ont besoin de beaucoup d’aide scientifique pour se faire remarquer. Les molécules synthétiques sont mélangées avec des produits naturels pour que le parfum de la fleur puisse être produit.

En 1830, une molécule de violette a été créée (alpha-isométhyl-ionone) dans l’industrie russe de la parfumerie. On peut trouver cette même molécule dans Cuir de Russie du Jardin Retrouvé.

En 1874, le premier aldéhyde synthétique a été fabriqué pour la première fois et les raisons étaient purement économiques. La famille Guerlain a chargé un groupe de chimistes allemands de créer une molécule de vanilline, qui a ensuite été utilisée dans Vol de Nuit. En fait, la vanilline est produite à partir d’une combinaison d’écorce d’arbre et de sous-produits de l’industrie du papier. Vous ne devineriez jamais cela à partir d’un si beau classique tel le Vol de Nuit.

Ce ne sont que deux exemples qui remontent aux débuts du parfum et comme vous pouvez le voir, les synthétiques sont créés avec beaucoup de soin et d’expertise pour faire le travail lorsque la nature ne peut le faire.

En parallèle d’une carrière de parfumeur doué, Yuri était ce que vous pourriez appeler un déménageur et un visionnaire au sein de l’industrie. Ses influences sont toujours d’actualité, notamment en tant que l’un des fondateurs et développeurs de la célèbre Osmothèque à Versailles.

L’Osmothèque agit en tant que gardienne des formules de parfum qui, comme nous le savons tous, ont souvent été reformulées ou abandonnées (ce n’est pas notre politique au Jardin Retrouvé – tous nos parfums suivent fidèlement les formules de Yuri). Yuri, avec neuf autres fondateurs, a aidé à concevoir et à développer ce concept unique, qui préserve des parfums qui auraient autrement été perdus à jamais. Nous pouvons partager une information privilégiée avec vous : Yuri, au cours de ses premières années de carrière, a travaillé pour une entreprise de parfumerie aujourd’hui disparue qui avait acheté les droits de toutes les créations de parfum de Paul Poiret – Les Parfums de Rosine. À l’ouverture de l’Osmothèque, il a fait don des formules originales de Paul Poiret – qu’il avait conservées et chéries – pour que les fragrances puissent être reconstitués !

Saviez-vous que Yuri Gutsatz a autrefois parfumé le célèbre Opéra de Paris? En 1952, Maurice Lehmann, alors directeur de l’Opéra de Paris, lui a confié la tâche de parfumer le théâtre lors de l’acte 3 des Indes Galantes de Rameau (Ballet des Roses). Cet opéra parfumé a duré TROIS ANS !

Saviez-vous également qu’il y a un véritable lac souterrain sous l’Opéra? Quelle expérience ça a dû être que d’avoir à la fois la vue, l’odeur et le son avec une telle histoire au-dessus et en dessous de vous. Aucun autre parfumeur n’a eu une vie semblable à celle de Yuri !

Yuri Gutsatz a été l’un des premiers parfumeurs à jouir d’une indépendance totale dans l’approvisionnement de ses ingrédients. Ses fournisseurs ont tous été minutieusement sélectionnés par lui-même. Des producteurs qu’il a rencontrés en Inde, à la société tant respectée d’Argeville basée à Grasse, ils représentent tous son propre choix. La photo ci-dessus montre une facture originale d’Argeville adressée à Yuri, datée de 1983. Vous pouvez voir sa « liste de courses », y compris l’essence de lavande pure, le ciste distillé ( également connu sous le nom de ‘’Hélianthème’’ ), le néroli, deux types de jasmin, le vétiver, le patchouli et l’ylang ylang. Dans certains cas, Yuri commandait jusqu’à deux kilos de ces produits exquis pour ses parfums. On ne peut qu’imaginer le frisson sensoriel qu’il éprouvait en ouvrant les estagnons de ce si précieux ingrédients, venant des champs de Grasse.

Non seulement les descriptions des ingrédients semblent donner vie au parfum sur la page, mais le magnifique logo est un plaisir à contempler. A présent, il a été modernisé. Argeville reste l’un de nos fournisseurs experts et de confiance ( et nous préférons secrètement le logo de 1983 ! )

Lorsque Yuri et Arlette Gutsatz ont lancé Le Jardin Retrouvé en 1975, leur approche était très innovante : ils souhaitaient que leurs clients aient accès aux merveilleux parfums sophistiqués créés par Yuri dans de nombreuses catégories différentes. Bien sûr, des parfums, mais aussi des produits de bain (bains moussants, shampooings, huiles de bain et savons ultérieurement), des soins du visage (un merveilleux masque à l’avoine), des parfums d’ambiance (avec des bougies parfumées et de l’encens). Par exemple, si vous êtes un amoureux de la Rose Thé (maintenant Rose Trocadéro) ou de la Tubéreuse (maintenant Tubéreuse Trianon), vous pouviez les acheter sous forme d’Eau de Parfum, de bougie parfumée, d’huile de bain ou d’encens … Vous pouvez le voir dans les listes de prix originales de 1976 et 1978 marque! Ce modèle commercial était et est unique: toutes les autres marques de parfums de niche créées à cette époque n’avaient que des parfums – et ce n’est que beaucoup plus tard qu’elles ont rajouté des bougies parfumées (à l’exception de Diptyque, qui a commencé par les bougies!). Certains récemment seulement se sont lancées dans les produits pour le bain (Byredo ou Frédéric Malle avec leurs savons). Le Jardin Retrouvé depuis sa création offre une gamme complète de produits autour de ses parfums sophistiqués.

C’est pourquoi Clara et moi-même avons décidé de revenir à ce modèle original: en octobre dernier, nous avons lancé des bougies parfumées. Ce mois-ci, nous avons ajouté à notre offre deux merveilleux produits de soin: un lait pour le corps et un exfoliant pour le corps, tous deux utilisant notre parfum signature Rose Trocadéro !

 

Nous avons conçu un programme de fidélité facile, simple et rapide, rien que pour vous! Voici une petite « fiche  » qui vous dit tout. En vous souhaitant une lecture légère autant qu’instructive !

Comment gagner des crédits ?
À chaque achat effectué, vous recevrez 5% de sa valeur en espèce sonnante et trébuchante, à valoir sur votre prochain achat.  Simple: Nous affichons le montant exact des euros que vous recevrez lorsque vous achèterez de nouveau. Aucune limite: Vous bénéficierez de ces 5% sur tous les produits, y compris ceux à prix réduit. Oui, vous avez bien lu ! Des récompenses sans fin: Les crédits de vos achats précédents n’expireront jamais. Promis!

Comment afficher vos crédits ?
Étape 1 – Connectez-vous d’abord à votre compte Le Jardin Retrouvé.
Étape 2 – Puis cliquez sur la section «Mes récompenses» en bas de page.
Étape 3 – Vous verrez alors toutes les informations et le statut de vos crédits.

Comment utiliser vos crédits ?
Étape 1 – Connectez-vous à votre compte Le Jardin Retrouvé.
Étape 2 – Puis, achetez vos parfums préférés (ou essayez quelque chose de nouveau!) et ajoutez-les à votre panier. Étape 3 – Vos crédits seront alors automatiquement appliqués à votre achat à la caisse – c’est si simple !

Si vous avez des questions (ou si vous voulez simplement nous dire bonjour!), écrivez-nous à info@lejardinretrouve.com. Nous sommes toujours ravis de vous aider…

Arlette Gutsatz, parce qu’elle passa tellement de temps en Inde avec son mari Yuri et ses trois enfants, s’éprit de beaux tissus indiens. De retour en France en 1963, elle eut l’idée de se lancer dans l’importation des étoffes qu’elle appréciait. A cette époque, des petites marques de mode pointues voyaient le jour, dont certaines existent encore : Dorothée Bis, Chantal Thomass, Renoma, Hémisphère… C’est pour elle qu’Arlette commença à travailler, bien avant la fondation du Jardin Retrouvé. Après son décès en 2012, Clara et Michel trouvèrent un mur entier d’échantillons de tissus chez elle. Plutôt que de les jeter, Clara fit un patron et Michel le donna à fabriquer avec cette recommandation : « Mettre un tissu différent de chaque côté du pochon ». C’est pourquoi les pochons sont uniques !