Category

Histoire

Category

La femme qui faisait fleurir Le Jardin

Arlette, l’amour fou de son mari, le maître parfumeur Yuri Gutsatz, a non seulement élevé trois fils et importé des tissus d’Inde, mais a également cofondé Le Jardin Retrouvé. C’est Arlette qui a eu l’idée, révolutionnaire à l’époque, d’étendre la ligne de parfums de son mari à peu près partout où cela avait un sens pour elle. De l’huile de bain parfumée à l’exfoliant à l’avoine, des savons aux bougies parfumées, Arlette était à l’écoute de l’humeur du temps et représentait un atout inestimable pour l’entreprise familiale.

Tout en élevant ses trois fils avec Yuri et en s’occupant du marketing, du réseau et de la conception du Jardin Retrouvé, Arlette était également très demandée en tant que consultante, styliste et designer. Sur la photo, voici son design pour la division bagages et accessoires de Dorothée Bis. Elle a également travaillé avec Cacharel, Ted Lapidus, Le Printemps, Chantal Thomas et bien d’autres. Elle n’a jamais laissé cet aspect de sa carrière interférer avec la création de la première maison de parfum de niche au monde. C’est Arlette qui a fait en sorte que Le Jardin Retrouvé atteigne les côtes de la Grande-Bretagne, des États-Unis, du Canada, du Japon et d’innombrables pays européens, pour un public assoiffé de haute parfumerie française.

Une femme en avance sur son temps

Dans les années 70, Arlette orchestre une collaboration avec Agnès B et Le Jardin Retrouvé, une pratique aujourd’hui courante, mais rare à la fin des années 70. Force de la nature irrépressible, elle se rend seule aux salons professionnels (laissant Yuri au labo, après qu’il l’ait conduite sur place), organise les importations de textiles en provenance d’Inde tout en étant la quintessence de la vie familiale chez les Gutsatz à Paris. Elle possède un œil étonnamment moderne pour le recyclage, stockant des rames de tissus indiens afin qu’ils puissent être réutilisés (et ils le seront, dans nos pochons de tissus !) et jouant également le rôle d’archiviste, classant et datant soigneusement chaque article de presse, afin que nous puissions nous y référer aujourd’hui.

Une rencontre entre les cœurs et les esprits

Yuri et Arlette se sont mariés moins d’un an après leur rencontre et sont restés fidèles l’un à l’autre jusqu’à ce que la mort les sépare. Yuri est décédé en 2005, laissant Arlette veuve. Leur mariage a été une rencontre de cœur et d’esprit, Yuri continuant à lui envoyer des cartes postales romantiques et à lui écrire des poèmes jusqu’à l’âge de 80 ans environ.

Son parfum préféré ? Une création de Yuri Gutsatz, bien sûr !

Arlette aimait les senteurs des roses, il n’est donc pas étonnant que le parfum qu’elle choisit pour Le Jardin Retrouvé soit Rose Thé, ou Rose Trocadéro comme on l’appelle aujourd’hui. Avec des notes de rose, de musc blanc, de clou de girofle et de bourgeon de cassis, l’eau de parfum tant aimée d’Arlette a la même odeur aujourd’hui qu’à l’époque, et conformément à son esprit visionnaire, nous avons un gommage pour le corps, un lait pour le corps et une bougie parfumée assortis.

Arlette est décédée le 12 décembre 2012, 37 ans jour pour jour après la création du Jardin Retrouvé. Aujourd’hui encore, elle inspire ceux qui l’ont connue ainsi que ceux qui ne l’ont pas connue, et son influence se perpétue à travers la maison de parfum pionnière qu’elle et Yuri ont créée dans leur maison familiale, en 1975.

Au Victoria and Albert Museum, célèbre musée londonien, vous découvrirez une exposition époustouflante qui a ouvert le 6 avril 2019 et se poursuivra jusqu’en février 2020. Yuri est le créateur de l’un des tout premiers parfums de Mary Quant, PM. Avec un parfum AM et un parfum PM, la publicité disait aux femmes de se « parfumer deux fois » avec les deux. Malheureusement, ce parfum n’est plus disponible, bien qu’il soit très recherché par les connaisseurs.
Le Jardin Retrouvé aurait volontiers recréé PM selon la formule originale que nous possédons. Nous sommes très fiers que les talents de parfumeur de Yuri se soit développés pour de célèbres maisons de parfum aux États-Unis, en France et même dans le Swinging London! Pas mal pour le petit-fils d’un éditeur de Saint-Pétersbourg.

Saviez-vous que Le Jardin Retrouvé était la première maison de parfumerie de niche au monde? Yuri Gutsatz n’a pas suivi les tendances, il les a lancées.

Après plusieurs années en Inde, Yuri est retourné à Paris et s’est senti frustré que les parfumeurs soient toujours aussi anonymes et que les parfums ne puissent être produits que par de grandes entreprises. Il a estimé que cela étouffait la vraie nature de la créativité chez les parfumeurs.

Alors, qu’a-t-il fait? Il a fondé Le Jardin Retrouvé! Il dirigeait l’entreprise depuis son domicile parisien, aidé par sa fidèle épouse Arlette et leurs fils. Un an plus tard, L’Artisan Parfumeur a franchi le pas et après cela, de nombreuses autres marques indépendantes ont vu le jour, mais Le Jardin Retrouvé a été la toute première, et nous avons à remercier l’esprit pionnier de Yuri pour cela. 

Chacun de nos parfums est fabriqué à partir de la formule originale de Yuri : tous des classiques intemporels qui ne compromettent pas leur intégrité pour répondre aux tendances.

Non seulement Yuri a été le premier parfumeur à créer sa propre marque, mais il a également été le premier à ajouter des accessoires aux parfums, tels que des lotions et du savon assortis. Avant cela, il a été le premier parfumeur à parfumer un opéra entier ! Et avons-nous mentionné qu’il était co-fondateur, en 1990, de la célèbre Osmothèque ?

Aujourd’hui, nous sommes les gardiens de ses centaines de formules et nous sommes fiers de continuer son travail afin que le monde puisse apprécier son talent, même après son décès.

MAISON DE PARFUMS DE NICHE

Voici une photo de Yuri (à l’extrême gauche) pendant ses années en Inde. Il y a été affecté en 1956 par son employeur, Louis Amic patron de Roure-Bertrand Fils et Justin Dupont, pour y établir une usine de production d’ingrédients de parfumerie en collaboration célèbre groupe Tata.

C’était une énorme responsabilité et grand engagement. Yuri et son épouse Arlette, emménagèrent à Bombay (maintenant Mumbai) pendant six ans avec leurs trois garçons. Cela s’est avéré être une expérience précieuse lorsqu’il a finalement décidé de se mettre à son compte dix-neuf ans plus tard.

Beaucoup de petits producteurs qu’il a rencontrés lors de ce séjour ont fourni au Jardin Retrouvé ( également une petite entreprise familiale ! ) leurs ingrédients authentiques, tels que la tubereuse, le bois de santal et le jasmin. Disons simplement que ces huiles essentielles voyagent beaucoup avant de nous atteindre !

Nous avons tous envie d’être informés avant d’acheter noss parfums et produits de beauté. D’où viennent les ingrédients? Qui les fait pousser? Comment sont-ils transformés en parfum? Toutes ces questions sont importantes et méritent des réponses.

Nos ingrédients à nous naissent dans le sol de leur habitat naturel et parviennent jusqu’à nous grâce aux producteurs spécialisés qui en prennent soin. Si nos parfums pouvaient raconter des histoires, ils seraient plein de couleurs exotiques et de terres lointaines. De notre absolue de tubéreuse à notre bois de santal indien de Mysore, nous pouvons expliquer, raconter, chaque goutte.

Notre héritage familial 

Beaucoup de nos fournisseurs de confiance sont de petites entreprises familiales, tout comme la nôtre. Ce sont les fournisseurs indépendants avec lesquels Yuri a noué une relation de travail dans les années 1960. Aujourd’hui, l’actuelle génération de la famille de Yuri travaille toujours avec ces derniers pour vous offrir des parfums intemporels. Lorsque vous êtes en confiance, le travail est soigné et chaque détail compte.

Naissance du parfum

Nos parfums contiennent un pourcentage élevé d’ingrédients naturels, provenant de producteurs spécialisés du monde entier. Nos fournisseurs sélectionnent les ingrédients bruts et les transforment en absolus, hydrolats et essences. C’est ce que nous recevons dans notre laboratoire et c’est ce qui entre dans le parfum que vous portez.

La photo que vous voyez ci-dessus a été prise en Inde par Brigitte Rivoire-Chevalier.

Notre héritage nous rend différents

Le lien entre d’hier et d’aujourd’hui reste fort et ininterrompu. Yuri était très respecté en tant que parfumeur et nous adhérons à la fois à ses méthodes et à ses formules afin de rester fidèles à son héritage. L’utilisation de son protocole nous distingue des autres maisons de parfum. Chaque parfum a été reconstruit par la main experte de Maxence Moutte. Notre concentré de parfum, que Maxence assemble dans notre laboratoire de Paris, mature pendant trois semaines puis est envoyé à macérer sur alcool pendant trois autres semaines. Rien n’est précipité, afin d’obtenir le résultat parfait. 

Ainsi sont produits nos flacons. Ainsi vit notre Maison de parfum.

Reportage photo par Brigitte Rivoire-Chevalier.

De nos jours, les gens veulent plus souvent être informés avant d’acheter leurs parfums et leurs produits de beauté. D’où viennent les ingrédients ? Qui les cultive ? Comment sont-ils transformés en parfum ? Toutes ces questions sont importantes et méritent des réponses.

Nos ingrédients sont souvent nés dans le sol de leur habitat naturel et nous viennent des producteurs spécialisés qui les cultivent. Si nos parfums pouvaient raconter des histoires, elles seraient pleines de couleurs exotiques et de terres lointaines. De notre absolue de tubéreuse à notre bois de santal indien de Mysore, nous pouvons identifier chaque goutte.

Une histoire de famille

Beaucoup de nos fournisseurs fiables sont de petites entreprises familiales, tout comme les nôtres. Ce sont les fournisseurs indépendants avec lesquels Yuri a établi une relation de travail dans les années 1960. Aujourd’hui, la nouvelle génération de la famille de Yuri travaille avec la nouvelle génération de la leur, pour vous offrir des parfums intemporels provenant de leurs habitats naturels. Lorsque vous travaillez de famille à famille, non seulement vous vous faites confiance et vous vous respectez mutuellement, mais chaque détail est pris en compte.

photo de Brigitte Rivoire-Chevalier

La naissance d’un parfum

Nos parfums contiennent un pourcentage élevé d’ingrédients naturels, provenant de producteurs spécialisés du monde entier. Nos fournisseurs sélectionnent les matières premières les plus fraîches et les transforment en absolus, hydrolats et essences les plus fins. C’est ce que nous recevons dans notre laboratoire et c’est ce qui entre dans le parfum que vous portez.

La photo que vous voyez ci-dessus a été prise en Inde par Brigitte Rivoire-Chevalier, qui était l’assistante de Yuri à Paris.

Notre héritage nous rend différents

Le lien entre notre Maison de parfum du passé et d’aujourd’hui reste fort et ininterrompu. Yuri était un parfumeur très respecté et nous adhérons à ses méthodes et à ses formules afin de rester fidèles à son héritage.

Ici, au Jardin Retrouvé, nous suivons de près les traces de Yuri. L’utilisation de ses méthodes exactes nous distingue des autres maisons de parfums. Chaque parfum a été reconstitué par la main experte de Maxence Moutte. Le concentré de parfum que Maxence assemble dans notre laboratoire parisien mûrit pendant trois semaines, puis est envoyé en macération dans l’alcool pendant trois semaines. Rien n’est précipité pour obtenir un résultat parfait.

C’est l’histoire de chaque flacon. C’est notre Maison de parfum.

Photo de Brigitte Rivoire-Chevalier.

Au Victoria and Albert Museum, célèbre musée londonien, vous découvrirez une exposition époustouflante qui a ouvert le 6 avril et se poursuivra jusqu’en février 2020. Yuri est le créateur de l’un des tout premiers parfums de Mary Quant, PM. Avec un parfum AM et un parfum PM, la publicité disait aux femmes de se « parfumer deux fois » avec les deux. Malheureusement, ce parfum n’est plus disponible, bien qu’il soit très recherché par les connaisseurs.
Le Jardin Retrouvé aurait volontiers recréé PM selon la formule originale que nous possédons. Nous sommes très fiers que les talents de parfumeur de Yuri se soit développés pour de célèbres maisons de parfum aux États-Unis, en France et même dans le Swinging London! Pas mal pour le petit-fils d’un éditeur de Saint-Pétersbourg.

« Parfumeur! Ton nom est personne » écrivait Yuri Gutsatz en 1979. Tout au long de sa carrière, lui et ses collègues, des « nez » travaillant avec sérieux, ont été tenus à l’écart et leur nom était le plus souvent inconnu.

Pourquoi? Parce que les Maisons de couture qui lançaient des parfums ont toujours encouragé une touche de mystère autour de leurs fragrances et ne voulaient pas qu’un autre créateur (le parfumeur) vienne perturber l’aura du créateur de la Maison.

Cela laissait croire à leurs clients que leurs parfums avaient été créés par les couturiers eux-même…

Pouvez-vous imaginer que Yuri et ses collègues soient ignorés aujourd’hui? Germaine Cellier a créé Fracas, Bandit et Miss Balmain. Jean Carles a créé Miss Dior, Shocking et Ma Griffe. Yuri lui-même a créé ce qui deviendra plus tard Chromatics pour Estée Lauder et Chasse Gardée pour Carven (tous deux malheureusement discontinués ).

Heureusement, en 2019, nous pouvons apprécier leur génie et leur rendre honneur (c’est pourquoi au Jardin Retrouvé, nous avons mis le nom de Yuri Gutsatz sur les bouteilles – et le nom de Maxence Moutte sur la bougie Mousse Mystique qu’il a créée pour nous ).

Parfumeurs, votre nom compte !

Yuri Gutsatz naît à Saint-Petersbourg en 1914 dans une famille d’éditeurs, bourgeoise et intellectuelle. Entre ses cinq ans et ses dix ans, il apprend dans sa famille l’importance du savoir et des langues, et à l’école, il est nourri des préceptes idéalistes des toutes premières années de la Révolution Bolchévique. Ces expériences lui donneront pour toujours le sens de la justice, de la fraternité et l’amour de la poésie.
En 1924, Yuri, sa mère et ses grands-parents paternels émigrent à Berlin. Son père, David, reste en Union Soviétique pour sauver sa famille. On veut mettre Yuri dans l’école la plus prestigieuse de la ville où il a largement le niveau pour être admis. Le jour où il est convoqué, Yuri voit un professeur frapper un élève. Il ne peut l’accepter, et décide de saborder son examen d’entrée par intégrité. Il sera élevé dans une école de moindre importance, mais adapté à sa personnalité et ses croyances en l’humanité.
A SUIVRE…