Category

Fragrance Lovers

Category

Les fans de parfum du monde entier connaissent peut-être Steven Lindquist pour son excellent blog The Scented Hound. Écrivant à la fois de manière lyrique et transparente, Steven nous enchante depuis 2012 avec son célèbre « Bone Rating » et ses conseils explicites accompagnant chacin de ses avis. Steven a gentiment pris le temps de répondre à nos questions pointues depuis son domicile aux États-Unis.

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

« Je cherche un parfum pour mon/ma (…..), que me conseillez-vous ? J’ai vraiment du mal à accepter cela parce que le parfum est un choix tellement personnel, et cela m’ennuie vraiment que quelqu’un soit mécontent de son achat en se basant sur ma recommandation. Cependant, lorsque les gens sont enthousiasmés par le parfum, cela me rend incroyablement heureux.

Quel est votre premier souvenir olfactif ?

Ma mère a commencé à vendre la marque Avon quand j’avais environ 5 ans. J’ai encore en mémoire toutes les odeurs liées aux parfums, aux rouges à lèvres, aux cosmétiques et même l’odeur des sacs qui étaient utilisés pour remplir les commandes. J’étais fascinée par tout cela et j’étais vraiment « la petite aide de ma mère » pour préparer ses commandes à la livraison.

Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Je ne sais pas lequel était mon premier, mais les deux que j’ai achetés quand j’étais adolescent, étaient Pierre Cardin Pour Monsieur et Givenchy Gentlemen. Et je me souviens encore du magasin où je les ai achetés, Lancer, un centre commercial américain des années 1970 qui était censé ressembler à une maison Tudor britannique. À l’époque, je trouvais tout cela très sophistiqué et, en portant mes fragrances de designers, je l’étais aussi.

Comment nous avez-vous découverts ?

Michel m’a contacté en 2016. J’étais ravi qu’il reprenne la maison et les créations de son père. J’aime la parfumerie classique et les parfums vintage, donc cette nouvelle enthousiasmante ravissait mes oreilles autant que mon nez. Je suis ravi que, des années plus tard, cette démarche soit plus forte que jamais et toujours d’actualité.

Que signifie le parfum pour vous ?

Il y avait une époque où le parfum était pour moi comme la poursuite d’une licorne magique. J’étais toujours à la recherche de la nouveauté et de l’excitation…probablement le grand plaisir de la chasse ! Au cours des années, le parfum s’est transformé en une extension de ce qui me définit. Contrairement à un changement de tenue, le parfum est beaucoup plus personnel et doit être bien adapté à l’occasion, mais aussi à mon état d’esprit. Je me parfume pour moi-même et non pour les autres. Je ne peux pas imaginer un monde sans parfum.

Selon vous, de quoi l’industrie des parfums aura-t-elle besoin à l’avenir ?

2020 a été une année difficile pour nous tous et il semble qu’elle se poursuivra encore pendant un certain temps. Dans l’avenir immédiat, je pense que les consommateurs seront à la recherche de parfums de confort et de fragrances joyeuses. Nous avons tous besoin de quelque chose pour nous remonter le moral et nous donner de l’espoir. Et si nous faisons cela avec un petit flacon de parfum, alors nous sommes probablement en train de faire un tout petit quelque chose pour rendre le monde meilleur.

Lisez la suite

Découvrez ici le blog de Steven, The Scented Hound, et n’oubliez pas de vous y plonger et de consulter les belles revues qu’il a écrites sur Le Jardin Retrouvé.

Damiana est une auteure, une éditrice et une éducatrice dans les domaines scientifique et médical, et l’auteure de ISniffBeforeISleep, un blog inspiré des parfums qu’elle sentait la nuit, comme un agréable prélude à une longue journée. Elle découvre et porte des parfums depuis toujours, et a commencé à collectionner des flacons miniatures à l’âge de 11 ans.

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

À cause de mon blog, les gens me demandent souvent si je vends des parfums, alors je dois toujours expliquer que j’écris tout simplement avec passion. À cause de ma collection, on me demande souvent si j’utilise réellement mes parfums ou si je les garde simplement sur une étagère, alors je leur dis que j’utilise mes miniatures pour les exposer et que je porte tous les parfums de mes grands flacons. Beaucoup me demandent aussi pourquoi j’ai besoin d’autant de parfum…

Quel est votre premier souvenir olfactif ?

Mes plus vieux souvenirs de parfums sont les pipes de mon père, mes gommes et poupées parfumées, et l’intérieur des sacs à main de ma mère, lorsque je cherchais des rouges à lèvres oubliés dedans quand j’étais petite. Je me souviens aussi très bien du parfum merveilleux et caractéristique des papeteries en Italie (cartolerie) et de l’arôme doux des mimosas en fleur au printemps. J’évoque souvent ces souvenirs dans mes critiques et mes articles.

Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Le premier parfum que j’ai acheté avec mes propres économies était le Dolce e Gabbana original pour femmes (bouchon rouge). Je l’ai découvert par l’intermédiaire d’un ami et j’en suis très vite devenue accro. C’est l’un des parfums que j’ai achetés à maintes reprises et que je porte encore avec plaisir à l’occasion. Une fois, j’ai acheté un flacon tout neuf, mais je l’ai cassé sur mon sol carrelé quelques jours plus tard. Mais, je n’ai pas désespéré et j’ai acheté une autre bouteille le lendemain même !

image par isniffbeforeisleep sur instagram

Comment nous avez-vous découverts ?

J’ai découvert Le Jardin Retrouvé après m’être connectée avec Michel Gutsatz sur Facebook il y a trois ans.Il m’a parlé de son projet fascinant avec Clara Feder de réinventer les formules originales de son père Yuri, et j’ai donc acheté plus tard l’ensemble complet du set découverte. J’ai également participé à leur projet Perfume Revival. Je suis une amoureuse et fière propriétaire de Cuir de Russie et d’Oriental Sans Souci, et je suis toujours captivée par l’art de Clara.

L’interprétation artistique de Clara Feder de l’Oriental Sans Souci

Que signifie le parfum pour vous ?

Pour moi, le parfum est un état d’esprit, un instantané des instants de vie et des souvenirs vifs. J’aime la façon dont il peut m’apaiser, m’élever ou me motiver, et comment il me transporte dans le temps, en fonction de ce que je choisis ce jour, cette semaine ou ce mois. J’aime aussi les liens des parfums avec d’autres expériences sensorielles en évoquant les couleurs, les images, les textures et leurs inspirations culturelles, artistiques et historiques. Enfin, j’aime la façon dont les parfums rapprochent les gens par le biais d’échantillons partagés et d’histoires parfumées.

Selon vous, de quoi l’industrie des parfums aura-t-elle besoin à l’avenir ?

J’aimerais que l’industrie du parfum continue à encourager et à embrasser la diversité. Par exemple, il est rafraîchissant de lire que de plus en plus de parfumeurs de couleur travaillent pour de grandes maisons de parfum, et de découvrir plusieurs marques leur appartenant. Je suis également heureuse de voir plus de femmes à des postes de direction et de lire que l’industrie fait de plus en plus la promotion des parfums asexués. Je suis toujours intéressée par les différentes interprétations du parfum et désireuse d’avoir plus de perspectives, j’espère donc voir plus de marques se consacrer à ces causes.

Lire la suite

Vous pouvez suivre Damiana sur Facebook, instagram et bien sûr sur son blog.

Le Fragrance Lover de cette semaine est un auteur de parfums, un expert en parfumerie et un parfumeur. Tomoo Inaba Profice est le Nez talentueux derrière Nightingale et Moth de le Zoologist. En plus d’être un chroniqueur prolifique, il donne également des cours sur la création et les ingrédients des parfums. Tomoo vit sur l’île de Kyushu au Japon avec ses deux chiens.

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

« Comment avez-vous appris à fabriquer des parfums ? » Je suis un parfumeur, un chroniqueur et un journaliste indépendant et j’ai rencontré des agriculteurs et des distillateurs dans le monde entier. Passer en revue plus de 3 000 parfums a été une belle formation pour moi, mais naturellement, la meilleure formation a été la « copie ». Les parfums de collection et de chef-d’œuvre m’ont toujours appporté connaissances et inspiration.

Fleur de cerisier : Time Out

Quel est votre premier souvenir olfactif ?

J’ai grandi en jouant dans le jardin de ma grand-mère. Il y avait beaucoup de plantes odorantes, de fruits et de légumes dans ce jardin. Chaque saison, de nombreuses fleurs parfumées fleurissaient : au printemps, la fleur de cerisier, le narcisse, la jonquille, le mimosa, le pois de senteur, la glycine, la daphné, la violette, la jacinthe, la fleur de yuzu, la fleur d’oranger et le magnolia. En été, c’était le gazon fraîchement tondu, le lys gingembre, la pêche et la figue. L’odeur de l’osmanthus et du lys gingembre en particulier me disait que l’automne était arrivé, donc je connaissais automatiquement une variété de parfums. (Ma mère et mon père n’utilisaient pas de parfum, donc je n’ai pas leurs souvenirs parfumés).

Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Même aujourd’hui, il est interdit de porter du parfum dans de nombreuses écoles. Les enfants et les adolescents utilisent donc un déodorant parfumé, mais je n’en ai jamais porté. Mon premier parfum a été Gianfranco Ferre Uomo quand j’avais environ 18 ans. Maintenant que j’y pense, le jus de cuir de tabac était trop dandy pour moi, mais mon goût était différent de celui des autres à l’époque. Beaucoup de jeunes aiment les parfums légers et frais.

Comment nous avez-vous découverts ?

Le Jardin Retrouvé a été vendu au Japon jusqu’en 2010, l’année même où Denis Gutsatz, qui était un des frères de Michel, a ouvert la boutique en ligne officielle. J’ai pris contact avec lui et il m’a fait un cadeau de nombreux parfums (Pavot, Seringa, Pivoine et autres). Il faisait parfois des ventes, il avait donc beaucoup de clients japonais avant que Michel et Clara relancent la marque en 2016.

Que signifie le parfum pour vous ?

La salle des parfums de Tomoo Inaba.
Crédit photo : Zoologiste/Tomoo Inaba

Les parfums enrichissent nos vies et nos esprits, tout comme les saveurs rendent nos repas plus délicieux.

Selon vous, de quoi l’industrie des parfums aura-t-elle besoin à l’avenir ?

Il existe de nombreux « produits-copie » dans le monde. Avec les progrès scientifiques, la copie par machine est devenue facile. En fait, des propriétaires de marques en Inde et en Corée du Sud m’ont demandé de créer des « produits-copie ». Bien entendu, je n’ai pas accepté cette offre. Les droits d’auteur d’un parfum devraient être plus sévères. Des solvants sûrs (comme une cyclodextrine) pour remplacer l’alcool seront davantage utilisés à l’avenir.

L’utilisation de matériaux naturels rares devrait être limitée. L’hindouisme a besoin du bois de santal de Mysore, plus que de parfums. Et savez-vous comment la disparition du bois de Oud naturel a lieu ? C’est la mafia du bois d’Agar. Chaque parfumeur peut en réalité créer des imitations de Oud et de santal de Mysore. Pourtant, certains parfumeurs indépendants utilisent des huiles rares parce qu’ils n’ont pas la compétence pour créer les bons accords, et la vendent à des prix extrêmes. C’est la même chose pour la fourrure. Si les gens se satisfont de la fausse fourrure, les animaux ne seront pas tués pour cela.

Lire la suite

Lisez l’interview du zoologiste Tomoo Inaba Profice ici et découvrez son propre site web ici.

Tomoo Inaba Profice est le nez derrière le zoologiste Nightingale et Moth

Iva Grdinic est autrice de parfums la nuit et archiviste le jour. Iva écrit le blog Mirisna, et la combinaison de son amour de l’histoire et du parfum l’a attirée vers Le Jardin Retrouvé. Basée dans la belle région d’Istrie, en Croatie, Iva a pris le temps, pendant sa journée bien remplie, de répondre à nos questions indiscrètes.

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

En tant que blogueuse, on me demande le plus souvent combien de temps dure le parfum et en combien de temps il se diffuse. J’essaie toujours d’attirer l’attention sur les qualités olfactives qui peuvent être moins mesurables mais beaucoup plus substantielles et importantes. En tant que fan de parfum, on me demande assez souvent : quand arrivez-vous à porter tout cela, avez-vous vraiment besoin de tous ces parfums ?

Iva l’archiviste

Quel est votre premier souvenir olfactif ?

Je pense que c’est l’après-rasage de papa – c’est un souvenir heureux, maintes fois répété : il me soulève dans ses bras – pendant un instant, je suis presque en train de voler – et puis, au moment où mes mains se posent autour de son cou, il y a cette odeur vivifiante et chaleureuse. Jusqu’à ce jour, je relie cette élévation, un moment de vol et ensuite un atterrissage en douceur à tous les parfums que j’aime.

Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Le premier parfum que j’ai acheté pour moi était l’Obsession de Calvin Klein. C’était en 1990, au tout début de ma première année de lycée. J’ai acheté un petit flacon de 30 ml grâce à l’argent reçu et économisé. Je me souviens de m’être sentie adulte : Obsession se tenait sur l’étagère de notre salle de bain, à côté des chypres et des fleurs vertes de ma mère. Je n’avais toujours pas le droit de me maquiller, mais le parfum était le bienvenu. D’une certaine manière, Obsession était la confirmation parfumée de mon entrée dans l’âge adulte, et aussi ma première affirmation féminine de différence et d’autonomie.

Comment nous avez-vous découverts ?

J’ai découvert Le Jardin Retrouve en lisant « Parfums : Une Histoire Intime », un livre écrit par Denyse Beaulieu. Je me souviens avoir été frappée par la phrase de Yuri Gutsatz : « Parfumeur, ton nom est personne. » Un peu plus tard, une autre autrice de parfums et blogueuse a donné l’impulsion finale pour faire connaître les parfums du Jardin Retrouvé. Il s’agissait The Plum Girl, Elena. En tant qu’archiviste et historienne, j’ai été personnellement et professionnellement profondément touchée par toute la présentation de l’héritage familial et de l’histoire des parfums qui y est liée. C’était une ambiance d’émotion et de respect, que j’ai ressentie en lisant et en explorant, avant même de tester les parfums.

Image du blog d’Iva Mirisna

Que signifie le parfum pour vous ?

Les sentiments. La possibilité de changer d’humeur, de sublimer la journée. La manière de mettre en valeur ou d’exprimer une partie de ma personnalité et d’étendre ou de marquer mon espace physique personnel. Les parfums sont parfois mes messages silencieux. Ils me font aussi souvent réfléchir ou – au contraire – m’offrent l’évasion vers les sens et le sentiment. Et aussi, derrière les plaisirs que nous sentons, comme dans tout autre art, il y a toujours des traces d’influences historiques, sociologiques et culturelles profondes et complexes – je les trouve fascinantes.

Selon vous, de quoi l’industrie des parfums aura-t-elle besoin à l’avenir ?

Une plus grande transparence dans la communication avec les fans et les acheteurs de parfums serait souhaitable. Je pense que l’industrie a besoin de plus d’audace créative et de diversité, et de moins de calculs, de « mises au point » et de « paris sûrs ».

Lire la suite

Découvrez-en plus sur le blog d’Iva Mirisna. Iva était en conversation avec Samantha Scriven. Suivez Mirisna sur Instagram.

Professeur, universitaire, auteur et, bien sûr, Fragrance Lover depuis toujours, Michel Gutsatz est au cœur de ce que nous faisons. Sans Michel (et Clara !), les parfums que vous appréciez aujourd’hui pourraient encore n’être que des formules manuscrites dans des archives, loin de la lumière du jour. Poursuivant l’œuvre de son père, Michel est le témoin d’une enfance vécue par peu de gens. Grandir en tant que fils d’un maître parfumeur dans une maison de ville parisienne avec un laboratoire à l’étage, n’est pas une expérience courante. Nous étions impatients de découvrir ses souvenirs de senteurs et sa vision de l’industrie du parfum. Il a pris le temps, au milieu de sa journée trépidante (et nous savons de quoi nous parlons!), de répondre à nos questions indiscrètes.

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

Curieusement, comme j’ai fait la plus grande partie de ma carrière à l’université, c’est « Pourriez-vous me donner quelques conseils pour mon fils/ma fille ? Quel diplôme devraient-ils obtenir ?

Quand il s’agit du Jardin Retrouvé, ce serait plutôt : « Avez-vous reformulé les formules originales de Yuri ? » et ma réponse est NON. Il semble que la reformulation ait été largement faite par les acteurs de l’industrie, même pour certains classiques, et les clients en sont de plus en plus conscients. Nous avons décidé dès le départ en 2016 de ne pas reformuler : les formules de Yuri sont belles et intemporelles. Elles n’ont pas besoin d’être adaptées à des goûts soi-disant évolutifs. Cela nous permet de répondre à la fois aux clients occidentaux plus matures et aux millenials Chinois qui aiment ces parfums classiques et ne sont pas fans de parfums sucrés par exemple.

Quel est votre premier souvenir olfactif ?

Avez-vous déjà mangé des noix fraîches tout juste cueillies de l’arbre ? C’est une sensation merveilleuse : avoir les mains marron foncé, manger les délicieuses noix, et sentir leur extraordinaire parfum. C’était moi, petit garçon, dans un petit village des environs de Paris où mes parents louaient une maison sans eau ni électricité et où j’ai découvert les odeurs extraordinaires de la nature, toujours liées pour moi à la nourriture : pommes, poires, noix, pois verts, tomates, menthe fraîche…

Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Malheureusement (pour les parfumeries !), je n’ai jamais acheté de parfum pour moi. J’ai toujours utilisé les parfums Le Jardin Retrouvé de mon père, et parmi eux, mon préféré a toujours été Cuir de Russie, la plus sentimentale de toutes ses créations. Cette fragrance a été créé en hommage à son propre père David : pendant la révolution bolchevique, son père, fils d’un éditeur à succès, pour sauver sa famille bourgeoise, s’était enrôlé dans l’Armée rouge. Yuri se souvient que son père rentrait le soir à la maison en uniforme, le prenait dans ses bras, et quand il se blottissait contre lui (il avait 3 ans), il pressait son nez contre la lanière de cuir. Un premier souvenir de parfum. Cuir de Russie….

Que signifie le parfum pour vous ?

Le parfum a toujours été l’un de mes liens privilégiés avec mon père et son art. Il était un véritable poète et créateur, et les mots les plus intimes que nous avons échangés concernaient surtout sa passion pour le parfum. Son désir que les parfumeurs soient reconnus comme de véritables créateurs et son attitude humble lorsqu’il disait : « Je suis un artisan et je ne me comparerais jamais à de vrais artistes comme Michelange ou Bach ». Comme il l’a écrit un jour, « Le parfumeur n’a pas de message à transmettre. Tout ce qu’il peut faire, c’est créer un moment de beauté ».

Le parfum a la même signification pour moi : c’est un « moment de plaisir fugace », MAIS qui est lié à nos souvenirs les plus profonds. D’une certaine manière, même si c’est passager, ce souvenir oublié est là, et sentir un parfum, une fragrance peut le raviver et le faire jaillir. Qu’y a-t-il de plus beau, de plus émotionnel ?

Selon vous, de quoi l’industrie des parfums aura-t-elle besoin à l’avenir ?

Je vais, encore une fois, commencer par ce que mon père Yuri a écrit en 1966 : « Les parfumeurs étaient des artisans. Le parfumeur d’aujourd’hui est un technicien qui doit agir pour répondre aux exigences de son époque. Il doit trouver une réponse presque immédiate aux problèmes soumis par les vendeurs, par les conseillers en marketing, par les spécialistes de la promotion des exportations. Il n’est plus le maître de son temps ni de son inspiration. Toujours pressé, toujours en train de se sacrifier aux désirs du public, après avoir sacrifié aux impératifs de coût, d’efficacité, de planification, et avoir pris en compte tous les problèmes liés au lancement d’un produit de parfumerie sur le marché ».

Rien n’a beaucoup changé en 2020. Sauf que de nouvelles marques de parfums (les marques dites « de niche », un mot que je n’aime vraiment pas, mais c’est un autre débat) sont arrivées sur le marché, ressuscitant, d’une certaine manière, l’artisan. Je dis « d’une certaine manière » parce que la plupart des parfums créés aujourd’hui dans la catégorie premium ou prestige sont contrôlés par les coûts : l’ancien PDG d’une société de parfumerie (« Maison de composition ») m’a dit récemment que leurs briefs étaient en moyenne de 90€/kg de concentré. Au Jardin Retrouvé, selon les préceptes de Yuri, ils coûtent de 150€ à 450€ le kilo… Pourquoi réduire les coûts des parfums qui ne représentent qu’une partie du prix final ? Réduire les coûts (si nécessaire) peut se faire ailleurs. Par exemple, dans l’emballage que tous les clients jettent une fois le flacon acheté !

Au Jardin Retrouvé, nous essayons de penser à l’avenir, et nous proposons une option « No Box » : pourquoi augmenter les déchets alors que nos actions humaines mettent la planète en danger ? Nous prévoyons également que le passage à clean beauty – déjà important dans le domaine des cosmétiques – deviendra un moteur de la parfumerie. Nous travaillons sur toutes nos formules et, par exemple, nous passons à l’alcool biologique dénaturé de manière naturelle. L’industrie des parfums a encore beaucoup de révolutions à venir !

Lectures complémentaires

Vous pouvez en savoir plus sur la famille Gutsatz ici. Le livre de Michel, Luxury Retail and Digital Management est disponible à la vente ici avec un avant-propos de Cyrille Vigneron PDG de Cartier.

Michel Gutsatz était en conversation avec Samantha Scriven.

Nathalie Feisthauer, Maître Parfumeur primé, est le nez derrière d’innombrables beaux parfums. Peut-être en possédez-vous un ? Elle a commencé sa formation professionnelle à la célèbre école de parfumerie Givaudan Roure en Provence, anciennement connue sous le nom de Roure Bertrand Fils, où Yuri Gutsatz était Chef Parfumeur de son vivant. Nathalie a été la première étudiante née « hors Grasse » à fréquenter cette prestigieuse école de parfumerie, rompant ainsi avec des années de tradition.

Nathalie a travaillé pour certaines des plus grandes et des plus célèbres maisons de parfum du monde : Cartier, Amouage, Comme des Garcons, Clarins, Hermès, Lancome, Mugler, Nina Ricci, Balmain (Vent Vert 1999), Van Cleef and Arpels, Versace et Yves Saint Laurent. Elle était également le nez derrière le pélargonium d’Aedes de Venustas (un des parfums préférés de Samantha).

Nathalie est aujourd’hui parfumeur indépendant, après avoir fondé sa propre marque, LAB Scent. Son récent travail pour Sous Le Manteau a remporté le prix du « Meilleur nouveau venu » aux UK Fragrance Foundation Awards 2020, s’ajoutant à ses nombreuses récompenses précédentes, dont le FiFi Perfumer of The year 2019.

De sa maison et de son laboratoire à Paris, elle a trouvé le temps de répondre à nos questions : courtes, douces et parfumées !

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

Qu’avez-vous fait pour devenir parfumeur ? Et pouvez-vous reconnaître le parfum que je porte ?

Quel est votre premier souvenir de parfum ?

Les fleurs du jardin de ma mère, je les sentais toute la journée. Je me souviens aussi de l’odeur du parfum Opium.

Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Yves Saint Laurent Opium, j’ai économisé pendant toute une année pour l’acheter.

Comment nous avez-vous découverts ?

Sur Facebook avec tous les messages et les alertes des médias sociaux.

Que signifie le parfum pour vous ?

Elle est personnelle, comme une signature.

Selon vous, de quoi l’industrie des parfums aura-t-elle besoin à l’avenir ?

Plus de diversité, plus de points de vue et plus de sincérité.

Nathalie Feisthauer était en conversation avec Samantha Scriven.

Maxence Moutte est un membre essentiel de l’équipe LJR. C’est Maxence qui fait revivre les parfums de Yuri à partir des nombreuses formules écrites de la main même de Yuri. La connaissance encyclopédique de Maxence garantit que nos parfums restent authentiques, conformes et, bien sûr, respectueux de la nature. Nous nous sentons exceptionnellement heureux de l’avoir avec nous, et lorsque vous découvrez comment nos chemins se sont croisés, peut-être penserez-vous que c’était le destin.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir parfumeur ?

J’ai grandi en Provence et, enfant, je voulais être botaniste. Je pensais que les fleurs pouvaient être inventées et j’aimais l’idée de faire ce métier. Quand j’ai découvert que les fleurs ne pouvaient pas être conçues et créées, j’ai abandonné l’idée, mais les fleurs et les plantes m’ont toujours attiré. Quelques années plus tard, mes ambitions ont changé lorsque j’ai découvert un monde de fragrances dans la collection de miniatures de parfums de ma mère. J’ai même collectionné les publicités. J’avais quinze ans quand j’ai décidé de devenir parfumeur et que je suis allé visiter Grasse. Dans les années 90, j’ai écrit à Givaudan pour lui demander comment postuler, et ils m’ont répondu. Une fois accepté, j’ai passé plusieurs années à me former dans différents domaines. Mais le travail que je fais pour Le Jardin Retrouvé est totalement distinct de celui que je fais chez Givaudan.

Comment avez-vous découvert Le Jardin Retrouvé ?

Lorsque j’étais étudiant en parfumerie, au début des années 2000, j’ai étudié de nombreuses entreprises et parfumeurs. J’ai trouvé un flacon de parfum Le Jardin Retrouvé dans une petite boutique et j’ai voulu en savoir plus. À cette époque, la parfumerie de niche gagnait en popularité. J’ai écrit à Yuri Gutsatz et j’ai demandé s’il était possible de le rencontrer. Malheureusement, il approchait de la fin de sa vie et ça n’a pas été possible, mais je n’ai jamais oublié ses parfums.

Quelques années plus tard, au mariage de mon frère, j’ai rencontré un homme appelé Michel Gutsatz et sa femme Clara. Je lui ai demandé s’il avait un lien avec Yuri Gutsatz, et il m’a dit que c’était son père. Je lui ai répondu que j’étais parfumeur et nous avons alors longuement discuté.

En 2016, lorsque Michel et Clara ont fait revivre Le Jardin Retrouvé, ils m’ont contacté, proposé de faire partie de l’aventure et, bien sûr, j’ai accepté avec joie. Entre le moment où j’ai trouvé ce flacon dans la boutique il y a de nombreuses années et celui où je l’ai créé moi-même au laboratoire, il s’est écoulé beaucoup de temps, mais il faut savoir être patient en matière de parfum !

Comment commence-t-on une composition ?

Lorsque je recrée un parfum pour Le Jardin Retrouvé, je suis la formule originale à la lettre. Je vérifie que la formule est conforme à la réglementation de l’IFRA. La mousse de chêne est un exemple de la façon dont nous avons réussi à poursuivre son utilisation et à rester conforme. Notre fournisseur a pu produire une mousse de chêne toujours aussi belle malgré les restrictions imposées à certains types.

Parfois, je dois faire de petits changements pour rester fidèle à la réglementation, mais si la senteur diffère de l’original, alors je change l’ingrédient jusqu’à ce qu’elle soit semblable. Beaucoup des fragrances n’ont même pas eu besoin d’être retravaillées. Je garde également les bouteilles originales de Yuri sur l’étagère du laboratoire pour m’en inspirer et m’y référer.

Portez-vous les parfums que vous fabriquez ?

Je les essaie toujours sur la peau ainsi que sur des mouillettes. On apprend à connaître le comportement de la fragrance sur la peau. Le parfum varie tout au long de la journée et d’une peau à l’autre.

Quelle est l’importance de la transparence pour vous ?

La transparence est particulièrement importante en ce qui concerne les ingrédients. Étant une petite maison, nous avons la chance d’être autonomes vis-à-vis de nos fournisseurs et d’avoir la liberté de sélectionner les ingrédients les plus fins et les plus appropriés parmi eux. Dans la mesure du possible, nous essayons de conserver les mêmes fournisseurs que ceux avec lesquels Yuri a travaillé.

Sur les dix parfums que vous avez ramenés à la vie, lequel vous a donné le plus de satisfaction ?

Il est difficile d’en choisir un. C’est probablement Cuir de Russie. La base en cuir était difficile à retrouver. Michel a écrit à Symrise qui nous a répondu favorablement. Le choix de la base de cuir était fondamental pour le résultat final. Yuri n’a pas utilisé beaucoup de bases, mais avec Cuir de Russie, il l’a fait.

Quelle a été votre inspiration pour la bougie Mousse Mystique ?

J’ai créé Mousse Mystique il y a trois ans et c’était un équilibre délicat de marcher dans les pas de Yuri, d’apporter ma propre touche. Je me suis inspirée des jardins d’Arashiyama, à Kyoto, au Japon, et j’en ai gardé une photo près de moi pendant que je travaillais. Je voulais une note de tête verte et végétale avec une élégance chyprée. Les notes vertes et herbeuses proviennent du lentisque. L’humidité et la terre humide viennent du patchouli. J’ai ajouté une touche d’encens pour évoquer le Japon.

Allez-vous faire revivre d’autres parfums à la rose de Yuri ?

Nous y avons réfléchi et nous attendons la bonne occasion. Yuri était très doué avec les roses. Il y avait autrefois trois parfums de roses : Rose Opéra et Rose de Mai. La Rose Trocadéro était connue sous le nom de Rose Thé. Peut-être un jour !

Quel était votre parfum préféré dans le cadre du Perfume Revival Project en 2018 ?

Mon préféré est celui qui n’a pas été fait ! J’étais #teamgreen. Mais j’aime aussi l’Oriental Sans Souci.

Comment décririez-vous le style de parfumerie de Yuri ?

Les formules de Yuri sont assez courtes, souvent il n’y a que trente ingrédients. La plupart des parfums en ont au moins quarante. Il a un style complexe, baroque et il ajoute une petite touche d’inattendu. Par exemple, dans Tubéreuse Trianon, il a créé une note de framboise. Dans Sandalwood Sacré, il a utilisé cinq notes de base. On pourrait dire qu’il crée des tournures inattendues qui donnent une touche finale. C’était un vrai original.

Samantha Scriven est non seulement un membre apprécié de notre équipe, mais elle est aussi une blogueuse spécialisée dans le parfum depuis 2013. Sam a été deux fois finaliste des Jasmine Awards de la Fragrance Foundation UK et a été présentée à plusieurs reprises dans le magazine Scented Letter de la Perfume Society. Elle écrit également pour le site web primé ÇaFleureBon et travaille actuellement sur un livre dont la sortie est prévue en 2021. Elle vit au Pays de Galles avec son mari, ses fils et ses chats.

1. Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

Il y a deux questions que l’on me pose le plus souvent. La première est de savoir quel est mon parfum préféré et la seconde est de savoir quelle est l’odeur de…(insérer le nom de mon parfum préféré qui n’existe plus.) Ces deux questions ne me dérangent pas et j’aime toujours faire découvrir aux gens un nouveau parfum auquel ils n’auraient peut-être pas pensé. Quant à mon parfum préféré ? Il change tous les jours !

2. Quel est votre premier souvenir de parfum ?

Tous mes premiers souvenirs d’odeurs sont liés aux jardins. Je jouais dehors autant que je pouvais et je passais aussi beaucoup de temps dans le jardin de ma Nanna Thomas. Elle cultivait des herbes, des roses, du muguet et m’a appris le nom de tant de fleurs sauvages. J’aimais aussi l’odeur des tomates dans la serre de Gransha Gough. À un moment donné, quand j’étais petite, je mangeais même des fleurs (ce qui n’est pas recommandé, bien que le trèfle soit délicieux).

3. Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Le premier était Cacharel LouLou, que j’ai porté tout au long de mes années universitaires à la fin des années 80. J’en ai utilisé une bouteille par mois. Mes excuses à tous ceux qui prenaient le petit déjeuner avec moi à l’époque. J’étais une pulvérisatrice compulsive !

4. Comment nous avez-vous découverts ?

Je bloguais depuis trois ans en 2016 quand Le Jardin Retrouvé m’a approché et s’est présenté. J’ai tout de suite été séduite : de beaux parfums classiques, des flacons rechargeables et des échantillons très jolis. J’ai été particulièrement séduite par les parfums, car la tendance de l’époque était aux senteurs très sucrées, ce qui n’était pas du tout mon truc. Beaucoup de tendances fugaces en matière de parfums visent les moins de 25 ans et comme j’ai maintenant 50 ans, je me suis souvent sentie négligée, alors que ces parfums étaient tout enfin faits pour moi ! Deux ans plus tard, quand je suis devenue indépendante, un rêve s’est réalisé quand j’ai commencé à travailler pour eux. La rencontre avec l’équipe du Paris Experience Store a été le moment fort de ma carrière.

5. Que signifie le parfum pour vous ?

Le parfum est mon habillage quotidien. Il peut m’emmener à Paris à la Belle Époque ou dans un jardin fleuri, ou il peut m’envelopper de douceur en automne. Si j’ai un événement à venir, je passe plus de temps à planifier mon parfum que mes vêtements. Souvent, le parfum est la seule décision quotidienne qui est purement pour moi et non pour quelqu’un d’autre. C’est cinq minutes de choix personnel rien qu’à moi, avant que quelqu’un ne crie à nouveau mon nom !

6. De quoi pensez-vous que l’industrie des parfums aura besoin à l’avenir ?

Je sais que je ne suis pas la première à le dire ou à le penser, mais si je pouvais m’adresser à l’industrie du parfum, je dirais « Ralentissez ! Aussitôt qu’un nouveau lancement a lieu, il y a une version « Intense » et une version eau de parfum/eau de toilette, puis une version « Nuit » et une version « L’Eau », et tout est lancé avant même que vous puissiez acheter l’original !

Je veux aussi voir beaucoup plus de durabilité et moins de gaspillage. Les recharges sont la voie à suivre. En ces temps d’éloignement social, il est préférable d’essayer des échantillons à la maison plutôt que de toucher les testeurs dans des magasins bondés. Les marques qui ne font pas d’échantillons passent à côté d’une chance de se faire connaître.

Lectures complémentaires

Consultez le blog de Samantha iscentyouaday et lisez son article pour Cafleurebon sur son voyage dans notre Expérience Store. Photo de Samantha par Alison Oddy.

Samantha Scriven était en conversation avec Clara Feder.

Le Brésilien Cassiano Silva a fondé Perfumart en 2013 et continue depuis sept ans à s’engager et à développer sa communauté en ligne avec ses célèbres critiques de parfums. Avec une expérience professionnelle en marketing, publicité et stratégie de marque, Cassiano a une connaissance et une compréhension inestimables de l’industrie du parfum et a pris le temps, malgré son emploi du temps chargé, de répondre à nos questions.

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

LOL…c’est facile!
« Salut ! Je suis un homme/femme et je suis (âge). J’aime les parfums de type A, B et C et je voudrais acheter quelque chose jusqu’à (montant R$) dans ce but (travail/club/conversation). Pouvez-vous m’indiquer quelques parfums ? »

Quel est votre premier souvenir d’odeur d’enfance ?

Je pense que c’est le café. Mais je me souviens aussi de l’odeur de la pluie qui touche l’asphalte chaud et de l’odeur des produits de nettoyage, puisque mon frère et moi avons été élevés pour aider à la maison à effectuer certaines tâches, comme nettoyer les chiens, faire la vaisselle, etc.

Quel est le premier parfum que vous avez acheté ?

Brésilien : Je suppose que c’était Absinto, de Água de Cheiro.
International : enfin, je crois que c’était Café Café, de Café Parfums.

Comment avez-vous entendu parler de nous ?

Je suis toujours à la recherche de nouvelles marques, maisons et parfums dans le monde entier, car j’ai toujours voulu faire de mon blog une référence pour les Brésiliens. Quand j’ai lu le projet de relance du Jardin Retrouvé, j’ai décidé de prendre contact avec Michel et Clara, et une belle relation est née (ce qui n’est pas si courant dans cette industrie pleine d’égos).

J’ai rencontré la fille de Clara au Brésil (avant qu’elle ne quitte le pays), j’ai publié mes critiques pour toute la collection et depuis lors, j’essaie toujours de faire découvrir à plus de gens ici l’effort et la magie qui se cachent derrière les créations de LJR.

Que signifie le parfum pour vous ?

Vous savez, j’ai grandi avec quelques problèmes d’estime de soi parce que j’étais un petit garçon. Ensuite, la partie sexualité a contribué à faire échouer toutes les attentes que les gens avaient l’habitude de mettre sur mes épaules (en plus des miennes).
Et comme je ne pouvais pas m’offrir des vêtements coûteux de marques renommées et que j’ai toujours aimé le domaine de la parfumerie, les parfums ont toujours été mon costume et mon masque de super-héros. Au fil des ans, ils sont devenus ma deuxième – et plus belle – seconde peau, en me donnant de l’assurance et du confort quand j’en avais besoin, et en créant un personnage unique autour de mon nom : le parfumeur !

Certaines personnes fument et d’autres boivent pour oublier leurs problèmes. Je préfère regarder plusieurs magnifiques bouteilles et décider quel parfum va me faire du bien.

Quel est selon vous le chemins que l’industrie du parfum devrait prendre ?

Malheureusement, le luxe, le glamour et la qualité d’antan n’existent plus. La parfumerie a changé et s’est banalisée en échange de chiffres millionnaires. Heureusement, le manifeste (ndt. des parfums de Niche) qui a compté avec l’aide de Yuri Gutsatz a remis l’accent sur le talent, la créativité et la puissance des parfums.

Cependant, en peu de temps, ce segment a également perdu de sa force et s’est livré à la course aux parts de marché. Pour aggraver les choses, certaines marques utilisent l’excuse de matières premières plus chères et plus rares pour justifier des prix absurdes. Comment le client peut-il savoir si le communiqué de presse dit la vérité sur ce que le parfum contient à l’intérieur ?

Ici au Brésil, par exemple, les entreprises qui font des copies des parfums les plus célèbres du marché de masse vendent beaucoup, précisément parce que le consommateur globalisé ne veut plus porter seulement un parfum comme signature. Il veut en avoir plusieurs et, de préférence, qui soient similaires à d’autres marques plus coûteuses, qui sont diffusées sur les médias sociaux par de jeunes influenceurs et des YouTubers délirants.

2020 a été une année atypique, qui a prouvé que les ventes doivent aller au-delà de la formation et des magasins de détail. Si l’industrie ne change pas rapidement son approche, en arrêtant de chercher des produits similaires sur Instagram, les marques que nous appelons aujourd’hui « Designers » finiront par apporter plus de copies de marques de prestige (comme Tom Ford, par exemple) afin de concurrencer les ventes accrues de parfums qui sont déjà des contrefaçons.

Et si les marques de l’autre côté de la barrière (indie, artisan, etc.) ne changent pas d’approche avec ce petit discours de « grand luxe », oubliant qu’elles doivent investir dans la publicité de bouche à oreille par le biais de véritables influenceurs de parfums (comme dans un passé récent), au lieu de dépenser des rivières d’argent dans des sites web luxueux, des approches fantaisistes et des professionnels des relations publiques absurdes, il y aura un effondrement général à un moment donné.

Avez-vous des projets dont vous aimeriez parler à nos lecteurs ?

J’ai une énorme liste de grandes idées et aucun investissement derrière moi. Mais j’essaie de travailler sur quelques collaborations en tant que directeur de la création. En ce moment, les choses vont lentement et le temps passe vite.

Qui sait si j’aurai bientôt mon nom sur un parfum international ?

Cassiano Silva était en conversation avec Samantha Scriven. Retrouvez son site web sur Perfumart.

« Je ressens les parfums comme une poésie silencieuse, des impressions invisibles au fond de l’âme ».

Elena Cvjetkovic

Vous connaissez peut-être Elena Cvjetkovic sous le nom de The Plum Girl, une blogueuse multi récompensée qui écrit sur les parfums de niche depuis chez elle à Zagreb, en Croatie. Elena s’est classée parmi les cinq premiers finalistes des prix 2018 de la Fragrance Foundation grâce à sa critique de notre propre Cuir de Russie. Vous pouvez également retrouver sa prose parfumée sur Cafleurebon. Vous avez peut-être aussi apprécié notre récente retransmission en direct avec elle, que vous pouvez revoir ici. Voici les questions que Clara lui a posées :

Quelle est la question qui vous est le plus souvent posée ?

Les gens me demandent souvent : « Pourquoi la « fille aux prunes » (The Plum Girl) ? Ma réponse ? La première victime dans le roman Le Parfum de Patrick Susskind était « la fille aux prunes ».

Quel est votre première Mémoire olfactive ?

L’odeur de la peau de ma mère, et puis l’été. Enfant, nous étions envoyés chez des parents dans une ferme pour la première partie des vacances. Mon grand-oncle avait tant d’animaux différents dans son immense ferme, ainsi que des fruits, des fleurs et des légumes… Je me souviens de l’odeur d’une grange propre et de celle d’une grange sale. Je me souviens de l’odeur des chevaux, du blé, des prunes fraîches, de la boue, de la pluie, du foin mouillé et de l’odeur du ventre d’une vache quand je la trayais. La deuxième partie de nos vacances se passait sur la côte adriatique où je me souviens de l’odeur de l’herbe marine, des coquillages, des crabes, des rochers, des pins et de l’immortelle.

Quel a été votre premier parfum ?

En ex-Yougoslavie, il n’y avait pas de parfum, sauf si vous voyagiez à l’étranger. Ma mère avait un flacon de Chanel No 5, mais je n’avais pas le droit de le porter. J’avais peut-être de l’eau de rose ou de l’eau de lavande, rien d’autre. Mon père m’a acheté un flacon de « Poison » pour mes 18 ans. Le premier parfum que je me suis acheté a peut-être été Dune ou Paloma Picasso. J’ai aussi aimé Gucci Envy.

Combien de parfums avez-vous aujourd’hui ?

J’essaie de rester en dessous de cent. Je ne suis pas une collectionneuse, je suis une consomatrice, j’aime tout utiliser jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus !

photo par Elena

Comment nous avez-vous découverts ?

Je vous ai suivi sur les médias sociaux, puis nous avons parlé et fait connaissance. Vous m’avez envoyé des échantillons et je vous ai finalement rendu visite à Paris. Je me souviens que vous étiez alors (ndt dans l’ancienne boutique du Jardin Retrouvé) très près de l’Arc de Triomphe.

Que signifie le parfum pour vous ?

Le parfum, c’est de l’art. L’art fait bouger quelque chose en vous, c’est pourquoi je considère le parfum comme une forme d’art. C’est une émotion liquide.

Quand avez-vous commencé à vous intéresser sérieusement aux blogs ?

Pendant des années, j’étais passionné par le parfum, mais je gardais cela pour moi. J’ai participé à deux semaines d’ateliers à Grasse en 2016 ( j’essaie d’y aller tous les deux ans). Une Française m’a demandée ce que je faisais là. Je lui ai dit que j’étais venue pour apprendre. Elle m’a demandée si j’étais dans l’industrie ou si je cherchais un emploi, mais j’ai dit non, je suis juste venue pour apprendre. Elle m’a posé une question qui m’a inspiré ce que j’ai fait par la suite. Elle m’a dit : « Qu’allez-vous faire avec ces connaissances ? Comment allez-vous partager ce que vous avez appris ? » Réponse : écrire un blog !

De quoi l’industrie des parfums a-t-elle besoin à l’avenir ?

Cette année a prouvé que tout peut changer en quelques jours. L’industrie doit s’adapter, avoir plus de transparence, plus d’inclusivité et plus d’authenticité. Tout cela revient à des valeurs fondamentales. Dans les moments difficiles, tournez-vous vers vos valeurs fondamentales. Que représentez-vous ? Qui sont vos parfumeurs ?

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui vous demande quel parfum choisir ?

Prenez votre temps. Faites-le à l’ancienne. Profitez de tout le processus d’acquisition d’un nouveau parfum, pas d’achat « à l’aveugle », profitez du choix. Découvrez vos préférences. Surprenez-vous. Portez-le à la maison, le matin, l’après-midi et le soir. Laissez-lui le temps de se développer sur votre peau. Suivez votre nez !

Quelle est la prochaine étape pour vous ?

Plus de critiques. J’essaie constamment du parfum, même en le portant au lit ! J’écris aussi pour Cafleurebon. Je suis également directrice de création pour un parfum sur le point d’être lancé.